Nucléaire : les effets dangereux des radiations sur la santé

radiations santé

L’exposition à des radiations nucléaires fortes peut avoir de graves conséquences sur la santé. Cet article a pour objectif de fournir quelques repères concernant les effets de la radioactivité sur l’homme, ainsi que les définitions de certains termes couramment utilisés sur notre site.

Doses acceptables et mortelles

Le corps humain est sujet quotidiennement à de la radioactivité naturelle, mais subit également des radiations artificielles plus fortes, liées majoritairement aux appareils médicaux.

  • en dessous d’une dose annuelle de 20 millisieverts, dose maximale autorisée pour les travailleurs du nucléaire, il n’y a aucun risque pour la santé ;
  • à partir de 100 millisieverts annuels, le risque de développer un cancer au cours de sa vie est grand ;
  • dès 500 millisieverts annuels, le risque de cancer dans l’année est fort ;
  • une seule dose de 5 sieverts suffit à tuer une personne sur deux dans les trente jours ;
  • la mort survient fatalement en quelques semaines après une irradiation à 10 sieverts.

Comment la radioactivité agit-elle sur l’organisme ?

 Les particules radioactives irradient la peau ou les yeux (irradiation externe) ou se fixent à l’intérieur du corps, via l’inhalation, le passage au travers de la peau ou l’ingestion d’aliments et d’eau (contamination interne). Les rayonnements peuvent alors altérer la molécule d’ADN et/ou entraîner la mort des cellules quand la dose est forte.

Organes touchés

L’ADN est la molécule biologique qui subit le plus les radiations. Elle accumule des mutations, qui seront à l’origine du développement de cancers. Les cancers les plus développés à la suite d’irradiations sont les suivants :

  • thyroïde.
  • moelle osseuse.
  • poumon.
  • peau.
  • estomac, intestin.
  • organes sexuels.

Comment protéger notre santé contre les radiations ?

Il n’y a pas grand-chose à faire. En revanche, on peut éviter le cancer de la thyroïde en avalant des pastilles d’iode le plus vite possible (dans la demi-heure qui suit l’exposition). Cela permet de saturer la thyroïde en iode, l’iode radioactif ne pouvant alors plus se fixer sur la glande. On peut aussi prévenir ce risque en mangeant du sel iodé.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *